Favoriser le bien-être des enfants avec la discipline positive

Favoriser le bien-être des enfants avec la discipline positive

Tout droit venue des États-Unis, la discipline positive est une méthode d’éducation qui encourage l’épanouissement des compétences sociales chez l’enfant, et permet de développer l’auto-discipline, le respect, ou encore l’envie d’apprendre. Alors comment s’essayer à cette approche et l’intégrer à notre quotidien ? On vous dit tout sur la discipline positive et ses nombreux bénéfices.

La discipline positive, c’est quoi ?

Inventée dans les années 90 par deux Américaines, Lynn Lott et Jane Nelsen, la discipline positive est une véritable manière de penser l’éducation et les interactions avec les enfants, pour les parents comme pour les enseignants. Elle a pour objectif d’exercer une autorité sans soumission, en couplant fermeté avec bienveillance.

Cette approche est basée sur les travaux de deux psychiatres autrichiens, Alfred Adler et Rudolf Dreikurs. Les travaux de ces derniers mettent notamment en avant le besoin de chaque personne d’appartenir à un groupe, la nécessité d’instaurer du respect entre chaque individu, mais aussi que la liberté s’accompagne de responsabilité. Ces principes sont ainsi fondateurs de la discipline positive.

Pratiquer la discipline positive

La discipline positive a pour but d’enseigner différentes compétences aux enfants, telles que l’estime de soi, la patience, l’empathie, la coopération, l’autodiscipline ou encore l’honnêteté. Elle part du principe que l’enfant est intrinsèquement bon : ce sont ses actions qui peuvent ne pas l’être. On commencera donc par différencier l’enfant de ses agissements. Le respect de l’enfant est aussi une autre base : c’est pourquoi il est primordial de faire preuve d’empathie et de le traiter comme nous aimerions l’être nous même.

Ensuite, établir des règles avant chaque nouvelle situation est important. Pour s’exprimer, et notamment pour formuler une interdiction, on utilisera une forme positive : à la place de « Ne cours pas ! » on dira « Marche plus lentement, s’il te plait. ». Prendre en compte les émotions (même négatives !) de l’enfant est aussi primordial. Si ce dernier est en colère, ou triste, il conviendra de montrer qu’il est écouté. Les punitions doivent être évitées au maximum, ou en tout cas être raisonnables et annoncées au préalable : elles seront donc pour l’enfant une conséquence logique d’un comportement.

Pour aller plus loin

Pour en apprendre plus sur les méthodes de la discipline positive, le livre « La discipline positive: En famille, à l’école, comment éduquer avec fermeté et bienveillance » de Jane Nelsen est tout indiqué. Vous trouverez également des informations sur le site de l’association Discipline Positive France, notamment sur les ateliers et conférences.